Description :

L’ortie est une plante inféodées aux établissements humains. Elle pousse sur les sols riches en azote.

Ses poils urticants contiennent de l’acide formique, de l’histamine, de l’acétylcholine et de la sérotonine qui irritent la peau. Ces poils ont à leur extrémité une pointe de silice qui permet de pénétrer la peau des animaux qui s’en approchent trop. Les poils urticants de l’ortie sont aussi fragiles que du verre. Ils se brisent comme l’extrémité des ampoules de médicaments et injectent dans la peau l’histamine qui provoque des rougeurs. Il est donc dans sa nature de piquer les maladroits ; la substance responsable, dont un dixième de milligramme suffit pour déclencher une brûlante démangeaison, est un subtil mélange chimique contenus dans les poils creux de la pointe fragile, localisées sur les pétioles des feuilles.

Urtica_dioica38_ies

En quelque sorte, c’est une plante défensive qui protège une zone devenue trop riche d’être empoisonnée par excès de fertilisation, tout en la “nettoyant” de sa matière organique, en la minéralisant.

Il existe de nombreuses espèces d’ortie, dont l’ortie féroce dont tout le feuillage est couvert d’un manteau de ces poils urticants. C’est l’ortie brûlante Urtica urens, que l’on récolte aussi avec prudence.

Usages traditionnels :

Usages médicinaux :

Savons-nous que l’ortie, ennemie héréditaire de l’homme, qui le poursuit partout où il s’installe est une plante aux nombreuses propriétés, a été glorifiée par bien des textes. La grande ortie et l’ortie brûlante (feuilles et racines) sont reconnues comme faisant partie des plantes médicinales les plus utiles et les plus efficaces.

Cette herbe banale est une plante médicinale puissante. Les feuilles sont couramment utilisées comme toniques, dépuratives, diurétiques, anti-inflammatoires (douleurs rhumatismales) et galactogène.

Elle était autrefois considérée comme une plante magique, qui permettait de détourner un sort ou de le retourner à son envoyeur lorsqu’elle était portée sur soi.

Usages alimentaires :

La grande ortie est également très utilisée à des fins alimentaires. Il est conseillé de les consommer fraîches en potage, avant la floraison. Cette soupe fait partie des nombreux dépuratifs de printemps, qui permettent de nettoyer le corps des toxines accumulées pendant l’hiver.

L’action minéralisante est principalement du à la présence de silice et de minéraux sous forme organique facilement assimilables.
Elle diminue le temps de cicatrisation des os cassés, fait des ongles et des cheveux forts.

A noter : le jus d’oseille est très efficace pour calmer la brûlure de cette plante bénéfique.

Usages médicinaux :

La grande ortie est utilisée à des fins industrielles (pour sa fibre) et agricoles (en tant qu’engrais vert et insecticide)

Le purin d’ortie, obtenu par macération de plantes hachées dans de l’eau pendant quelques jours à l’abri de la lumière, sert de fongicide (contre le mildiou), d’insecticide (contre les pucerons et acariens) et d’activateur ou de régulateur de croissance des végétaux.

Elle est employée dans l’industrie pour l’extraction de la chlorophylle. Les fibres tissées fournissent d’étranges pièces d’une toile verte pratiquement indestructible.