Aubépine

Description :

Les aubépines, malgré l’âge très avancé qu’elles peuvent atteindre (parfois 500 ans), et malgré leurs aiguillons rébarbatifs et leur bois dur comme le fer, restent pour tous le symbole de la délicatesse et de la plus fraîche beauté.
Épine blanche, épine de mai (elle est dédiée à la déesse Maya).

Usages traditionnels :

Alimentaire pour les hommes de la préhistoire, comme le prouve les noyaux trouvés dans les vestiges des cités lacustres.
Les fruits rouges des aubépines sont depuis longtemps employés pour leurs effets diurétiques et astringent.

Nombreux sont les poètes et les romanciers qui ont célébré les aubépines: Jean Froissard, Bernard Palissi , Georges Sand et bien d’autre leur ont rendu hommage sous les noms les plus divers.
Et pourtant c’est dans leurs bois si dur que l’on taillait autrefois les billons des supplices.

Propriétés médicinale :

Toutes les espèces fréquentant nos forêts sont douées des mêmes propriétés médicinales.

La mise en évidence de leurs vigoureuse action cardiaque régulatrice due à des médecins américains est une découverte “moderne”, de la fin du XIXe siècle, à la suite des recherches des médecins américains Jennings (1896) et Clément (1898). En 1897, le docteur Leclerc, chef de file de l’école française de phytothérapie, décida d’expérimenter des substances issues de l’aubépine sur ses patients. Il prescrivit son utilisation durant trente ans et put ainsi découvrir qu’elle régularisait les mouvements du cœur, aidait à bien dormir et chassait l’anxiété.

Aujourd’hui, en phytothérapie, l’aubépine, ou plutôt les fleurs de l’aubépine, sont appréciées pour leurs qualités de régulation du rythme cardiaque, d’amélioration de la circulation coronarienne et de la nutrition du muscle cardiaque. C’est un hypotenseur, un cardiotonique et un antispasmodique, qui calme les palpitations, diminue le stress et facilite le sommeil, grâce aux flavonoïdes, aux stérols et aux triterpènes que contient la plante. Non toxique, elle pourrait, à doses excessives, avoir une action dépressive sur le cœur et nuire à la cellule hépatique. Il faut donc éviter les cures trop prolongées et les couper d’intervalles de repos

Plus d’infos sur wikipedia…
Plus d’info sur Wikiphyto…